UA-76824264-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2015.11.16

Le Coran et Mein Kampf

Il faut lire le Coran comme il aurait fallu lire Mein Kampf.


Tous les Allemands n’étaient pas des nazis, tous les musulmans ne sont pas des terroristes mais le Coran comme Mein Kampf porte en lui la guerre et le meurtre : les verbes « tuer » et « combattre » y apparaissent respectivement soixante-deux et cinquante et une fois, dont dix et douze à l’impératif. Ce ne sont pas des erreurs de traduction !

Y aurait-il des « musulmans modérés » quand le Coran affirme que la paix régnera sur terre quand le monde sera converti à l’Islam : il n’y aura la paix que dans l’Islam et d’ici là, tout doit être fait pour « convertir » les infidèles.

Je pose cinq questions aux « musulmans modérés » :

  • Le Coran est-il la parole de Dieu recueillie par le Prophète par la voix de l’ange Gabriel ?
  • Le Coran, tel qu’il a été écrit par les successeurs de Mahomet, peut-il être interprété et critiqué ?
  • Lorsqu’il y a des contradictions entre les sourates, les dernières annulent-elles les précédentes ? La guerre et la violence l’emportent-elles sur le message évangélique d’origine ?
  • Lorsque le Coran dit de tuer les infidèles qui le combattent et que Mahomet fait tuer et assassiner tous ceux qui s’opposent à sa volonté de puissance, donne-t-il l’exemple à suivre ?
  • Lorsque des sourates sont édictées pour satisfaire les désirs charnels de Mahomet, est-ce au nom de Dieu ?

Si vous répondez positivement à ces cinq questions, vous n’êtes pas modéré ; sinon, vous n’êtes pas musulman ou, au mieux, vous êtes un musulman mou. Comme il y a une majorité de mous au sein du peuple, qui se soumettront à la violence et à la pression, comme cela se passe en Algérie ou au Maroc.

Heureusement, il existe des pays où règne un islam modéré… l’Arabie Saoudite par exemple. Là-bas, sauf si on s’oppose à la famille régnante, on ne risque pas l’emprisonnement et l’assassinat sans procès. Si une femme ne commet pas l’adultère et si elle se conforme à la charia, elle ne sera pas lapidée. Si une personne ne se convertit pas à une autre religion ou ne se déclare pas athée, elle ne sera pas décapitée.

L’islam est une religion de paix. Demandez à ceux qui n’ont pas lu le Coran et ne veulent pas voir ce qui saute aux yeux. La tuerie de Charlie Hebdo (saloperie de journal !) et de la boutique kacher en janvier, la décapitation d’un homme en juin et les attentats du vendredi 13 octobre (un vendredi 13…) qui sèment la mort dans les rues et les salles de Paris ne sont que le fait de quelques individus désaxés, pas du tout le fruit d’une action délibérée d’un islam qui renoue avec les guerres de conquête, n’est-ce pas ? L’élimination par le feu et le sang des chrétiens et des juifs d’Orient est un épiphénomène, surtout pas une opération d’envergure destinée à éradiquer les autres religions. Mais non.

Nous sommes en guerre, nous avons mis des siècles à acquérir la liberté et je ne veux pas me soumettre, ni aux religieux, ni aux gouvernants qui nous méprisent et nous imposent la bien-pensance.

 

 

Commentaires

Un texte comme le coran s'il devait être publié sous un autre titre serait probablement interdit vu son contenu, alors dans cette vision de texte sacré tout est permis, il n'y aurait pas là une contradiction.

Écrit par : YANN PATOU | 2015.11.16

Nous sommes d'accord, d'autant que le Coran est écrit par des califes qui n'ont pas connu Mahomet et qui se sont entre-tués pour prendre le pouvoir. Cinquante ans pour écrire le Coran, vingt ans pour l'attribuer à Mahomet, qualifié alors de prophète alors qu'il était oublié!

Écrit par : jean taillardat | 2015.11.16

Les commentaires sont fermés.