UA-76824264-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2019.03.28

Moi, premier roman chapitre 4

Moi, premier roman

Chapitre 4

 

Rappel : je suis donc né du désir de mon père et mis sous les auspices des fées. Il s’agit maintenant de proclamer ma venue au monde urbi et orbi. Seule une attachée de presse peut le faire, ce sera Béatrice-Alberte Baluchon, dite Baba… Badaboum, le premier article – heureusement bloqué par mes parrain et marraine – démolissait mon père et m’ignorait complètement ! Deuxième tentative : Livre Abdo ne peut pas présenter un livre d’un auteur inconnu !

Baba envoie un courriel à parrain, marraine et père : « Une personne très importante a accepté de me voir et s’il décidait de nous soutenir, ce serait le jackpot ! Seulement je n’ai pas un bon souvenir, c’est peu dire, et il va falloir que je me défende

  • Que vous vous défendiez de quoi, Baba ? lui demande parrain par téléphone.
  • Vous me promettez que vous garderez le secret.
  • Bien sûr, mais vous m’inquiétez.
  • Henry M. est un grand patron, introduit partout. Il y a trois ans de cela, je suis allé dans ses bureaux pour lui présenter un ouvrage. On s’était rencontrés au salon du livre de Paris. Bon, j’étais encore naïve, il m’avait donné rendez-vous à 19 heures. Il m’a laissé parler et m’a interrogé correctement, autour d’un planteur et, au bout d’une heure, alors que l’alcool m’avait un peu troublée, il s’est littéralement jeté sur moi. J’étais hébétée, tétanisée et en même temps attirée par cet homme au charme indéniable ; c’était presque un viol…

Parrain en a eu le souffle coupé et a immédiatement précisé :

  • Baba, il est hors de question que vous acceptiez de vous prostituer pour promouvoir un de nos ouvrages ! Vous n’avez pas porté plainte ?
  • J’avoue que j’étais sous le charme… J’ai même cru qu’il y avait quelque chose entre nous…

Bon, Baba a accepté le rendez-vous que ce sale bonhomme lui a proposé… chez lui, à 20 heures. Nous attendions tous avec une certaine inquiétude le résultat de cet entretien, qui est arrivé le lendemain même. C’est Baba qui a appelé, parrain l’a tout de suite questionnée :

  • Alors ?
  • Raté. Il m’a laissé parler pendant une heure, en manifestant un intérêt courtois pour ce que je lui disais et, au bout d’une heure, il s’est levé et s’est approché pour m’embrasser. Je l’ai repoussé en lui disant que j’avais maintenant un compagnon et que je lui étais fidèle. Il n’a pas apprécié d’avoir perdu une heure mais n’a pas insisté, c’est trop dangereux maintenant. Il m’a quasiment mis à la porte. Évidemment, il ne parlera pas du livre.

Là, nous n’avons pas ri du tout, dans quel monde pourri vivons-nous !

Moi, premier roman, chapitre 3

Moi, premier roman

Chapitre 3

 

Rappel : je suis donc né du désir de mon père et mis sous les auspices des fées. Il s’agit maintenant de proclamer ma venue au monde urbi et orbi. Seule une attachée de presse peut le faire, ce sera Béatrice-Alberte Baluchon, dite Baba… Badaboum, le premier article – heureusement bloqué par mes parrain et marraine – démolissait mon père et m’ignorait complètement !

Baba n’était pas très fière; ses efforts n’étaient pas récompensés. Mais on ne pratique pas ce métier si on cale à  la première difficulté. Il y a plusieurs milliers de journalistes ou soi-disant tels !

Ah, elle a un bon contact avec une journaliste du Livre Abdo, qui présente les nouveautés aux libraires indépendants abonnés à Elle-spectre. Elle nous prévient, nous bloquons notre souffle…

Encore raté, comme disait notre magicien : « Non, Baba (elles se connaissent bien), comprenez-moi, c’est impossible, on ne peut pas présenter un auteur inconnu, publié dans une petite maison d’édition inconnue, qui plus est – Mais, Lise-Bête, comment voulez-vous qu’il se fasse connaître si vous n’en parlez pas ! – Je sais mais je n’y peux rien – Bon, je vous assure que ce livre est de très haut niveau, pouvez-vous le lire, ou au moins le parcourir ? – Hélas, cela m’est impossible, si vous connaissiez ma charge de travail ! – Écoutez, le héros est un enfant de la DAS accueilli par un couple de juifs qui sont éditeurs justement et Samuel traduit des romans à l’eau de rose qu’il transforme en succès… – Baba, je suis désolée mais je ne suis pas disponible pour en parler là, mais envoyez-moi le livre, j’essaierai… – Mais Lise-Bête, je vous l’ai envoyé, le livre !  – … »

Baba a ensuite essayé le charme, puis la pitié, elle était sur le point de manifester sa colère mais surtout pas, Lise-Bête est une personne à choyer et il y aura d’autres auteurs à promouvoir sur Livre-Abdo. Elle téléphone à Parrain, triste, démoralisée, tout en rappelant que les journalistes sont libres et qu’on ne peut pas les contraindre, bla-bla. Père, marraine, parrain… et moi, on a préféré en rire, mais on a moins ri au chapitre suivant !

 

2019.03.19

Moi premier roman chapitre 2

Moi, premier roman

Chapitre 2

 

Rappel : je suis donc né du désir de mon père et mis sous les auspices des fées. Il s’agit maintenant de proclamer ma venue au monde urbi et orbi. Seule une attachée de presse peut le faire…

Elle s’appelle Béatrice-Alberte Bagatelle, mon attachée de presse, alors évidemment tout le monde l’appelle Baba – il serait plus exact de l’appeler B-A-BA, mais c’est plus long à prononcer et ça fait un peu scolaire. C’est une très belle femme, d’origine sénégalaise, qui a fait toutes ses études en France, Sciences Po et le Centre de formation des journalistes de Paris. Elle a trente-trois ans et est célibataire. Elle a d’abord été attachée de presse pour une grande maison d’édition avant de se mettre à son compte, c’est donc dire qu’elle a les compétences et les connaissances – sans doute aussi le réseau de relations – pour me mettre entre les mains d’une flopée de journalistes et de critiques littéraires… J’espère qu’ils auront le temps de me dévorer !

Cependant, je dois reconnaître que Baba nous a prévenus, avant même la signature du contrat : elle ne garantit aucun article puisque la décision ne lui appartient pas, et même en ce cas, elle ne garantit aucune vente, car c’est le client qui achète… Eh bien voilà une mise en garde encourageante ; heureusement que ce n’est pas moi qui paye Baba !

Alors voilà, nous avons, père, marraine et parrain, Baba et moi, le premier retour. Je répète que Baba nous avait prévenus, sans que nous comprenions sa mise en garde : les journalistes ne nous doivent rien, on ne peut exercer aucune pression sur eux [mais solliciter humblement leur bonne grâce ; en ai-je déduit, et peut-être à genoux], et on ne peut pas non plus obtenir une critique positive s’ils n’en ont pas envie. Confirmation nous est donnée par ce premier retour. D’accord Baba nous a dit que Falballa était complètement folle, mais elle est a du poids dans le petit monde des critiques parisiens. À la lire, « mon père est un hypocrite, un protestant qui veut se faire passer pour un catholique en effectuant un pèlerinage annuel à Lourdes ! »… et c’est tout, juste un mot sur moi, je suis bon à mettre à la poubelle !

Je ne peux pas faire grand-chose pour remonter le moral de mon père ; fort heureusement parrain et marraine le soutiennent absolument. Père est en train de me faire un petit frère et je sens que son désir a pris un coup dans l’aile.

Et ce n’est pas le seul, ni le dernier… Il est aussi en train de faire un petit frère en chair et en os à ma sœur mais c’est une autre histoire.