UA-76824264-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2017.01.07

Gestell (arraisonnement utilitaire) et humanisme

Gestell et humanisme ; où va le monde ?

Jean Taillardat, 170107

« Heidegger a montré, et on le lui reproche, que le Troisième Reich, l’Union soviétique et l’Amérique moderne sont trois variantes d’un même système philosophique « d’oubli de l’être » qu’il appelle le Gestell, ou « l’arraisonnement utilitariste ». Dans les trois cas on idolâtre la technique, on marginalise ou on persécute le christianisme, on arraisonne l’homme à l’utilitarisme économique et politique qui prime toute morale, on fait la guerre sans considération pour les civils. L’homme et Dieu perdent leurs places traditionnelles au profit de la race, de la classe ou de l’argent. »

Ivan Blot, La Russie de Poutine, Bernard Giovanangeli Éditeur, p.23

Je suis athée, ou tout au moins agnostique, mais de culture profondément chrétienne et fortement teintée de bouddhisme – J’adhère aux Quatre États illimités que sont : la Joie, l’Amour, la Compassion, l’équanimité (la non-dépendance au résultat de mon action) – et ne reconnais pas le Dieu à longue barbe de mon enfance et de mon catéchisme, non plus que celui des livres sacrés. En revanche je crois en l’Esprit créateur qui baigne l’univers jusqu’au cœur de mes cellules. La place traditionnelle de Dieu m’est donc étrangère, d’autant qu’elle peut être dévoyée en « Got mit uns ».

Je sais d’expérience que l’être humain a besoin de se sentir partie d’un tout qui le dépasse et avec lequel il est en osmose. Je sais aussi qu’il n’existe qu’en relation avec ses congénères, avec son passé et avec un projet commun. Le lien social est basé sur des normes communes et les modèles sociaux, nous disent les psychosociologues, des us et coutumes partagés, sur l’adéquation des rôles que les personnes veulent tenir avec ceux que les autres attendent d’elles, sur les statuts qui permettent à chacun de se situer par rapport aux autres, des attitudes à travers lesquelles une personne prend position par rapport aux autres et aux événements du monde, jusqu’aux opinions et stéréotypes partagés, fonctions d’expression de la personnalité. Ces éléments nous conditionnent certes mais l’autre option, dite libertaire, consiste à faire fi de ces besoins pour espérer fonder la cohésion sociale sur les intérêts particuliers raisonnés. Cette option est défendue et promue par les tenants de l’homme nouveau, qui se posent en maîtres à penser seuls en capacité d’éduquer le peuple, par des socialistes, quoi. Pure idéologie ! dégagée de toute lucidité pratique

Ivan Blot fait ce constat que je partage aussi que, des trois couches du cerveau correspondant aux trois étapes de son évolution, les progressistes nient la couche affective des mammifères, livrant l’homme à ses instincts primitifs – première couche reptilienne – renforcés et exacerbés par la « raison », – le cortex frontal – qui ne sert plus qu’à défendre ses intérêts particuliers et à assouvir ses désirs au détriment de tout investissement dans la cohésion sociale.

Comment, sur quelles bases bâtir un projet commun si on ne s’appuie sur rien de tangible ? Sur les concepts, les idées apportées par d’autres sous couvert de République, de « Nos valeurs » ? Mais alors, il va falloir éradiquer toute culture, toute tradition, tous les us et coutumes. Eh bien, c’est ce que les francs-maçons comme Vincent Peillon ont en projet. 1984 n’est pas loin.

Je refuse viscéralement ce « progrès »  autant que le transhumanisme qui veut faire de l’homme son propre créateur et son but, comme si l’univers lui-même était la création de l’homme ! Vivre cent cinquante à deux cents ans… pour faire quoi ? Éradiquée la maladie, plus de vieillesse et, in fine, la transplantation du cerveau dans un appareillage qui lui donnera la vie éternelle. Autre forme de religion, où l’homme n’est plus relié qu’à lui-même. Il n’y aura même plus besoin de procréer et les femmes seront libérées de la maternité ! Cette fois-ci, c’est Aldous Huxley qui apporte la solution avec Le meilleur des mondes. Les utopistes espèrent, ils veulent croire que les années supplémentaires apporteront plus d’intelligence, plus de sagesse, plus de courage, plus de créativité… bref, que l’homme sera bon ! Doux rêveurs ! Dangereux rêveurs ! Ce n’est pas l’âge de l’individu qui a fait la civilisation, c’est le renouvellement des générations et la transmission du patrimoine, c’est aussi le génie de quelques individus : Mozart ou Rossini, Einstein ou Planck, Michel-Ange ou Rembrandt,… qui n’ont pas attendu la vieillesse pour laisser un héritage inouï.

Je plaide pour l’homme-relié, proche de Pierre Rabbi en cela, l’opposé de l’homme-égotique voulu par la doxa de l’ultralibéralisme, qui est asservissement à ses désirs non maîtrisés. Je suis donc religieux.

Mes vœux pour 2017

Mes vœux pour 2017,

Jean Taillardat, Président des Éditions Valeurs d’Avenir

L’année 2016 a été pleine de fureur et de tragédies, c’est ce qui marque nos esprits sous le matraquage médiatique. Mais elle a aussi été emplie de joies et d’actes de courage et de générosité, non pas cette soi-disant générosité affichée par les gaucho-bobos qui distribuent l’argent des autres et accueillent les migrants loin de chez eux, non, ceux qui sont au contact, qui donnent sans faire des discours, sans distinction d’origine, de couleur ou de religion, qui hébergent, assistent, instruisent, expliquent nos coutumes et nos traditions, et les entretiennent.

L’année 2017 est une année de tous les dangers. Nous sommes trop nombreux sur notre planète, trop nombreux et pas assez solidaires, loin s’en faut. Tous les dirigeants, comme l’a dit le prix Nobel d’économie Hayek, sont mus par l’accession et le maintien au pouvoir, et non par les intérêts de leurs peuples. Heidegger montre que le nazisme, le communisme et l’américanisme moderne sont agis par la même métaphysique : la volonté de la puissance pour la puissance. Zbigniew Brzezinski, dans Le Grand Échiquier, l’Amérique et le reste du monde[1], « définit la politique et la stratégie étasunienne : civiliser le monde. Pour cela il faut contrôler le monde, et cela passe par le contrôle de l’Eurasie, le plus grand des continents, d’où la désignation de la Russie comme adversaire prioritaire[2] » et par les actions concrètes menées contre ce pays européen. Depuis, la Chine s’est éveillée et elle aussi veut assurer la protection de son territoire face à tous les risques, en s’armant.

Il faut souhaiter que la nouvelle administration étasunienne sera soucieuse des intérêts du peuple américain et moins de civiliser le monde ; alors les grands ensembles culturels et économiques seront à même de négocier entre eux, même durement, afin de rechercher les accords préservant la paix et le bien-être de leurs populations. Ce ne sera pas une mince affaire.

Pour rester chez nous, les enjeux là encore sont considérables, que ce soit sur les plans économiques, sociaux, moraux. Eh bien, que les Français sachent donner les clefs de la direction du pays à l’équipe qui sera la plus à même de lui assurer la sécurité, le développement, la cohésion sociale. Il ne peut y avoir de futur viable sans un appui fort sur le soubassement des traditions[3]. Le mythe de l’homme nouveau complètement déconnecté de tout passé est par essence mortifère ; il participe au processus de décadence d’une civilisation. Que donc, nous poursuivions notre œuvre civilisatrice, fondée sur les quatre piliers de toute société harmonieuse : le divin et non l’idolâtrie du moi, la personne humaine et non la massification des hommes, l’art d’habiter la terre et non la technique omnipotente, et les valeurs suprêmes et non l’argent[4].

Et j’en profite pour afficher mon goût pour l’aristocratie plutôt que pour l’égalitarisme ! Je tiens de ma première vocation l’éthique aristocratique militaire traditionnelle, quand les fonctions de responsabilité vont de pair avec le don de soi. Nicolas Berdiaev écrit : « Seul un amas de décombres n’est pas hiérarchisé et aucune qualité aristocratique ne s’en dégage. Se reconnaître, se vouloir, se chercher toujours plus de devoirs est une attitude aristocratique. Réclamer des droits est une attitude commune, vulgaire. L’aristocratie n’est pas une classe, c’est un principe spirituel. » Oui, le lieu dans lequel toutes choses sont identiques parce qu’égales est la mort ; c’est pourquoi je suis littéralement homophobe, entendez adversaire de tout assemblage des semblables : vive l’hétérogénéité ! Vive les divergences, les frottements, les confrontations ! À bas la massification qui permet aux prédateurs de proliférer !

Je souhaite que se lèvent les aristocrates pour faire franchir à notre pays, la France, les redoutables épreuves qui l’attendent ; se plaindre, s’indigner ? Allons, en 2017, soyons des Personnes, levons-nous et avançons sans peur !

 

[1] Bayard, 1997

[2] La Russie de Poutine, Ivan Blot, Bernard Giovanangeli Éditeur, 2016

[3] Friedrich Hayek, Droit, Législation et Liberté, PUF, 1983

[4] Ivan Blot, ouvrage cité, d’après Heidegger.