UA-76824264-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2009.06.19

L'appel de Merlin

L’Appel de Merlin :

A occasion exceptionnelle, attitude adaptée. Je m’étais promis de ne pas faire de promotion de quoi que ce soit dans Les Lettres et La Brève de Thema ; or Pascal Coppeaux, que je côtoie avec grand bonheur depuis près de dix ans, me fait parvenir la trame d’un séminaire que je n’ai rencontré nulle part ailleurs (sauf dans les réalisations qu’il a déjà assurées avec succès dans quelques rares entreprises).

Je tiens que notre énergie vitale réside dans notre instinct de survie en tant que nous sommes des animaux, dans nos désirs et dans nos craintes profonds en tant qu’être doués de langage et la tête pleine de symboles. Dans le séminaire L’appel de Merlin, les animateurs vous entraînent du côté de nos désirs…

D’un coté les TCC, dot je ne nie pas l’utilité et les bienfaits pour peu qu’ils soient assurés par de vrais professionnels aguerris, de l’autre l’entrée dans le monde de l’imaginaire, là où se forment les images dans nos têtes, sachant que, à y bien réfléchir, ces images sont aussi réelles que la table où j’écris. Ces images ont une existence !

Evidemment, je succomberai moi-même à l’Appel de Merlin, du lundi 23 juin au soir au mercredi 25 juin. Mais laissons-lui et laissons la parole aux concepteurs organisateurs.

Entrez dans le site : www.lappeldemerlin.fr

J’espère que nous serons quelques-uns à faire ce voyage. Pour les coachs de l’ICFF,…et pour les autres aussi ! n’hésitez pas à m’envoyer un courriel, ou à m’appeler pour en savoir plus.

Je vous souhaite l’éveil du corps aux rayons d’un soleil printanier qui pointe, enfin, son nez. Amicalement, Jean.

Jean TAILLARDAT

 

THEMA CONSULTANTS

contact@themaconsultants.fr

www.themaconsultants.fr


Réforme des institutions

Vous avez dit Réforme des institutions

 

La commission Balladur a remis son rapport sur la réforme des institutions. Comme d’habitude, via les mass-médias qui n’ont décidément pas grand-chose d’intelligent à dire - ou plutôt qui cherchent le sensationnel, quitte à tronquer la vérité des faits -, un point est mis en exergue : le renforcement des pouvoirs du Président, car, si ce point est voté, « le président, qui peut intervenir directement au Parlement, "définit la politique de la nation" que le gouvernement "conduit".

Libération : « Dans le détail, le texte prévoit de réformer près de la moitié des articles de la Constitution au travers de 77 propositions formulées par un comité de 13 sages. Une nouvelle répartition des rôles entre le chef de l'Etat et le chef du gouvernement pourrait être dessinée. Une dose de proportionnelle à l'Assemblée nationale pourrait être introduite pour 20 à 30 députés. Un poste nouveau de "défenseur des droits fondamentaux" pourrait également être créé. Une application stricte des règles sur le cumul des mandats pourrait aussi être demandée. Enfin, le comité propose de donner la possibilité au président de la République de venir s'expliquer devant l'Assemblée nationale. » Le renforcement du pouvoir de l’assemblée nationale est à ajouter…

Il [m’]est très difficile de me faire une opinion raisonnée, n’étant pas un spécialiste du droit constitutionnel. C’est pourquoi j’ai bondi sur le numéro spécial de l’iFRAP ci-dessous mentionné. La position souvent outrageusement proaméricaine de l’iFRAP ne doit pas nous faire jeter le bébé avec l’eau du bain. Le dossier « Pour un équilibre des pouvoirs » étudie les modèles étasunien, anglais et allemand. J’y ajoute des éléments concernant l’Australie trouvés sur le site de mes amis de « maniprop. »

 

Concernant le modèle des « checks and balances » (contrôles et contrepoids) étasunien :

Dans le système politique étasunien, les « checks and balances » jouent le rôle primordial. Qui plus est ce système fonctionne avec moins de monde qu’en France. Aux USA, 435 membres de la Chambre des représentants, 100 sénateurs et 15 ministres, en France 577 députés, 331 sénateurs et 33 ministres. Inflation de politiques désignés par les partis en France alors qu’aux USA, ils doivent recueillir un nombre suffisant de suffrages. En France, les juges, les hauts-fonctionnaires sont nommés par le pouvoir sans consultation des parlementaires. Le budget est discuté à peine deux mois (aux USA, les débats commencent en janvier et se terminent en novembre). En France, les députés ne réussissent à changer que 0,06 % du texte initial ! Aux USA, le budget est le plus souvent déclaré mort à son arrivée à la Chambre des députés qui le refont entièrement.

Qui plus est, la liberté de vote des députés est significative. Les explications à cette liberté sont multiples :

- Les élus sont des personnalités locales qui peuvent émerger sans la bénédiction des partis, leur enracinement (sans le cumul des mandats) leur permettant de ne pas dépendre de l’appareil du parti.

- Une autre explication tient au pouvoir des commissions et sous-commissions au sein du congrès.

- Enfin, les élus sont soumis à des pressions permanentes de la part de la société civile à travers les référendums d’initiative populaire, le rôle des associations et des think tank, les recalls (session extraordinaires) et les élections de mid-term.

.

La République fédérale est une démocratie parlementaire (téléchargeable dans une remarquable traduction française sur le portail du gouvernement fédéral : www.bundesregierung.de ]. Les différences avec la France sont multiples :

- Son organisation prévoit la constitution de commissions de contrôle et c’est le Bundestag qui élit le Chancelier fédéral et peut, sous conditions, lui exprimer sa défiance.

- Le Tribunal constitutionnel fédéral est o la fois le gardien des droits fondamentaux des citoyens et l’arbitre suprême en cas de conflit entre la fédération et ses Etats membres.

- L’Allemagne connaît une stricte séparation des pouvoirs entre l’exécutif, le législatif, le judiciaire et le pouvoir administratif.

- La structure fédérale de la RFA : chaque Land, véritable Etat membre, a ainsi sa Constitution, son gouvernement, son parlement, sa Cour des comptes ou son Tribunal constitutionnel. Autrement dit, le système parlementaire allemand est pluriel et implique le pouvoir du citoyen à tous les échelons territoriaux.

- Le Bundestag n’est compétent que pour le budget de la Fédération (environ la moitié du budget allemand).

 

En Grande-Bretagne, le Parlement légifère et évalue la politique du gouvernement :

- La Chambre des communes aura le dernier mot dans les envois de troupes à l’étranger, la signature des traités internationaux, le contrôle du budget…

- Concernant le budget, le Parlement britannique sera consulté et devra approuver les dépenses trois fois par an, au moment de la préparation du budget, pendant les estimations et les prévisions et lors des conclusions.

- La démocratie directe se traduit par le traitement des pétitions signées par plusieurs milliers de personnes, en séance plénière ou au sein des commissions.

- Le gouvernement doit convaincre les MP (Membres of Parliament) du bien-fondé de sa politique et les membres de l’opposition forment tout de suite après les élections un Shadow Cabinet qui leur permet de montrer qu’ils sont aptes à gouverner.

- L’élu britannique ne détient qu’un mandat et n’a pas de suppléant. Tout cumul est interdit. S’il est élu et s’il était fonctionnaire, le député britannique démissionne de la fonction publique et devient un employé de la Chambre des communes.

- 15 % des lois adoptées proviennent des Private Bills (propositions de lois suggérées par des groupes d’intérêt), 35 % proviennent des propositions des députés et 50 % de l’exécutif. Et 60 % des projets de lois sont rejetés tous les ans par la Chambre.

- Sur 175 jours par an d’activité parlementaire, la moitié est consacrée au travail législatif, 30 % au contrôle du budget et 20 % au contrôle du travail du gouvernement.

- Les 16 commissions parlementaires procèdent à un examen continu et systématique des activités du service public. Aujourd’hui, plus de 80 % des recommandations des rapports sont pris en compte par l’exécutif.

- La Grande-Bretagne a inventé le principe de la responsabilité ministérielle.

 

En Australie, la réflexion sur l’élection du président de la république a été poussée jusqu’à son terme. L’idéal serait un vote à N – 1 tour, N étant le nombre des candidats et le candidat le plus mal classé à chaque tour étant éliminé. Loin du principe inapplicable ci-dessus, le vote australien proposé ici (non idéal donc) demande aux électeurs de se déplacer une seule fois aux urnes, ce qui est plus simple et moins onéreux qu’un scrutin en deux ou trois tours. Ce vote est pourtant bien plus fin grâce à une information plus riche donnée par l’électeur : Le bulletin du votant contient une liste de candidats. Cette liste établit un classement, un ordre préférentiel, entre autant de candidats qu’il souhaite.

Comment sélectionner le vainqueur ? Pour sélectionner l’élu, il suffit d’appliquer le principe du vote australien sur ces bulletins classant plusieurs candidats. Cette méthode, que l’on appelle algorithme, est utilisée lors du dépouillement des bulletins par les organisateurs du vote ou par un ordinateur, l’algorithme devenant alors de fait un programme informatique. L’algorithme simule en quelque sorte N - 1 tours de vote où un seul candidat à la fois est éliminé. Ces tours de vote virtuels sont appelés pseudo-tours.

 

Et que les institutions françaises renforcent réellement les pouvoirs du Parlement, que les députés exercent leur charge à plein temps, que… que le politique reprenne une place positive dans nos cœurs !

 



Textes repris de Société Civile, le mensuel de l’iFRAP, n° 72 de septembre 2007

Financiarisation de l'économie

De la financiarisation de l’économie

 

 

Crise mondiale de liquidités à la suite d’un effondrement du marché américain de l’immobilier ?

 

Les acteurs

  1. Les ménages américains, secoués par l’éclatement de la bulle internet et encouragés à investir dans la pierre, et les ménages surendettés à qui il est donné la possibilité d’acquérir leur logement.
  2. Les courtiers de prêts immobiliers
  3. Les banques
  4. Les agences de notation
  5. Les investisseurs institutionnels
  6. Les « hedge funds »
  7. La FED, Réserve Fédérale

 

Les mécanismes :

 

  1. Les ménages américains investissent dans l’immobilier, après la déconvenue sur les valeurs immatérielles, à la fois pour accéder à la propriété et pour réaliser d’importantes plus-values dans un marché en forte hausse.
  2. Les courtiers proposent des prêts hypothécaires, d’abord au réservoir des emprunteurs sains, vite épuisé, puis, le marché devant impérativement être soutenu, à de nouvelles recrues y compris NINJA (no income, no job or asset). Le taux d’intérêt est de 2 % pour les deux premières années, puis variable (pourra atteindre 8, voire 10 %, ce que les emprunteurs veulent ignorer, d’autant qu’on leur fait croire que le prix de leur acquisition ne peut qu’augmenter fortement !).
  3. Les prix s’envolent, encourageant l’investissement massif de gogos certains de s’y retrouver d’une manière ou d’une autre.
  4. Les subprimes mortgages atteignent des montants faramineux, jusqu’à 1.300 Mds $.
  5. Les agences de notation (Standard & Poor’s, Moody’s Investors Service, Fitch Ratings…) décident que le piggypack – deuxième crédit simultanément souscrit par l’emprunteur pour un même apport initial, ne comporte pas plus de risques de défaut de paiement qu’une créance normale.
  6. Les banques trouvent la solution des « produits dérivés », par la « titrisation » qui consiste à fondre ensemble un certain nombre de crédits pour en faire des lignes de titres obligataires négociables et vendus par petits paquets aux divers investisseurs institutionnels. Elles sont totalement débarrassées des subprimes mortgages.
  7. Les zinzins découpent les lignes de crédit en différentes tranches de risque homogène et les revendent.
  8. Les hedge funds (fonds d’investissement spéculatifs) achètent la tranche la plus risquée des RMBS (residential mortgage backed securities : titres adossés à des crédits immobiliers)
  9. A partir des RMBS, certains investisseurs vont émettre une nouvelle sorte de titres négociables, les CDO (collaterised debt obligations), qui sont elles-mêmes découpées en différentes tranches : la tranche supérieure, dite « investment grade », la tranche intermédiaire, dite « mezzanine », et la tranche basse, dite « equity », ou plus carrément « toxic waste ».
  10. Tant que le marché est haussier, la toxicité n’est pas matérialisée et tout le monde y gagne en fonction du risque pris.
  11. Les hedge funds lèvent des fonds à des taux bas auprès des banques, investissent dans des titres à haut risque en faisant des marges énormes ; « on prend les toxic waste pour de l’or et les golden boys, installés dans les Caraïbes, font la fête ».
  12. Les agences de notation, qui sont en relation symbiotique avec les banques et les sociétés de crédit hypothécaire et qui gagnent beaucoup d’argent à la notation de titres adossés à des prêts hypothécaires, attribuent d’excellentes notes à de nombreux titres adossés à des emprunts douteux.
  13. Les courtiers immobiliers continuent de recruter à la pelle.
  14. Au vrai bout de la chaîne du risque, le crédit de Mrs Brimmage est passé au bout de deux ans de 414 à 691 $, de 2 % en 2003 à 6,5 % en 2005 et à 11,25 % en 2006. Mr Smith (qui se débat en justice pour un prêt auto non remboursé, entre autres) a souscrit un emprunt de 200 000 $ en 2005 en bénéficiant d’un taux de 1,45 % fixe sur 2 ans. En 2007, sa mensualité grimpe de 520 à 1380 $ (du 8% !) Il se déclare en faillite personnelle et sa maison est vendue à 160.000 $
  15. Comme eux, 14 % des emprunteurs subprime sont défaillants au premier trimestre 2007. 1,5 million de procédures sont en cours et 3 millions de ménages américains pourraient perdre leur logement.
  16. Début août 2007, American Mortgage, le géant du crédit immobilier, se met sous le régime des faillites. BNP Paribas gèle pendant deux semaines trois fonds dynamiques. Sentinel Management Group bloque tout remboursement à ses clients. Le titre de Country Financial chute de 15 % en deux jours. Celui de Thornburg Mortgage chute de 47 %. Goldman Sachs injecte 2 Mds $ dans Global Equity Opportunities, UBS liquide le fonds spéculatif DRCM, IKB (établissement allemand) essuie une perte de 3,5 Mds € et est sauvé de la faillite par l’ensemble de la communauté bancaire…
  17. La BCE injecte 95 Mds € le 9 août en se substituant aux banques qui ne veulent plus prêter d’argent de peur que l’une ou l’autre soit en faillite et ne puisse plus rembourser.
  18. La moitié des subprime mortgages ont été contractés en 2006. Le montant des prêts subprime, qui était de 98 Mds $ au premier trimestre de 2007, va passer à 198 Mds au deuxième semestre et à 228 Mds $ au premier semestre 2008.

 

Conséquences ?

  • La crise des crédits immobiliers subprime va coûter aux investisseurs de 150 à 300 Mds $ (étude de la banque Calyon, estimation de la FED).
  • Ce ne sera pas catastrophique mais il y aura des dégâts, difficiles à estimer.
  • Il n’y a pas lieu de s’affoler, la liquidité mondiale est toujours abondante et les problèmes actuels en sont que temporaires.
  • Au mieux le système financier en tirera les leçons et bâtira un processus de surveillance comme cela a été le cas pour toutes les crises financières (récemment Enron).
  • Trois millions de gogos américains y laissent leurs chemises, comme c’est le cas dans les crises financières : le petit peuple trinque.

 

Et en France ? Les dérives de ce genre sont impossibles :

· Fichier Banque de France des « mauvais emprunteurs »

· Les prêteurs examinent la situation des personnes et non la valeur de leurs biens immobiliers.

· La loi Neiertz oblige l’établissement fautif à aider son client en difficulté.

· Les commissions de surendettement font que c’est la banque qui s’adapte aux difficultés de l’emprunteur.

· Le taux d’usure pour les crédits immobiliers est de 6,5 %.



A partir de l’article de Frédéric Lordon « Quand la finance prend le monde en otage », Le Monde diplomatique – septembre 2007, des articles du n° 89 de Challenges, « Trichet…, la grande faute des banquiers centraux…, l’été mouvementé de BNP Paribas », de l’article du Courrier international n° 878, « les agences de notation sont aussi responsables », des articles des Echos du jeudi 16 août 2007…